Qui sommes-nous ?


Marine et Joris Bourillon, vous souhaitent la bienvenue au Sauvage
Au Coeur du pays Gâtinais, à 1h30 de Paris, entre Auxerre et Montargis, Le Sauvage vous ouvre les portes de cet édifice du XVème siècle situé en cente ville, à quelques centaines de mètres du Chateau de la Motte et du vieux château du Comte de Sens.
Ne vous fiez pas à son imposante façade, osez pousser la porte et laissez nous vous accueillir et vous entraîner dans une mélodie de saveurs et de couleurs d’ici et d’ailleurs.
Le chef, Joris Bourillon, qui officie en ces lieux, vous propose une cuisine traditionnelle de terroirs élaborée à partir de produits frais et faits maison. Outre les spécialités gâtinaises, solognotes ou berrichones, il aime particulièrement préparer et faire découvrir des plats colorés aux senteurs de garrigue, à l’image de ses origines camarguaises.
Toute l’équipe du Sauvage met à votre service son savoir faire pour rendre votre séjour des plus agréables dans une ambiance chaleureuse et conviviale.
N’hésitez pas à nous contacter !

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis pour une restauration authentique.
Celle où on s’attache à une cuisine, une ambiance, un plat emblématique. Celle où on devient ami avec le chef, celle où on appelle les serveurs par leur prénom. Celle où on admire la présentation d’un plat, où on s’étonne des goûts et des saveurs, celle où nos sens s’éveillent et s’émerveillent. 

Aussi, je dois vous avouer que je ne comprendrai jamais ceux qui pensent qu’on peut réellement brader le service humain comme on brade un tee-shirt et se réjouissent de profiter d’un moment au rabais sans avoir conscience de l’impact gigantesque que cela peut avoir sur ceux qui cuisinent et lui présentent son plat.
 
Et si il est acquis chez tous que l’humain ne s’achète pas et ne se solde pas, pourquoi en serait-il différemment pour le restaurateur ? 
 
Alors bravo.

Bravo à ceux qui portent fièrement leurs valeurs, ne comptent pas leurs heures pour réfléchir à leur menu, qui reçoivent toujours leurs clients avec le sourire alors que leurs pensées sont pleines.

Bravo à ceux qui refusent de se brader, de brader leurs services, leur personnel, leurs idées et leur cuisine. Bravo à ceux qui préfèrent chérir les clients de tous les jours, protéger leur cuisine et leur indépendance et gèrent leur établissement d’une main de maître. 

Nous sommes à un tournant décisif où la technologie peut redonner un visage à ceux qui donnent de la saveur à notre quotidien. Et pour faire perdurer ce changement, il est impératif de défendre l’indépendance de ceux qui permettent à la restauration de garder la tête haute.